6 mai 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

《POUR REBAPTISER, IL FAUT D’ABORD COMMENCER PAR CONSTRUIRE…》

4 min read

Baptiser, débaptiser, rebaptiser une avenue, un aéroport, un musée, une place publique ou un bâtiment public nécessite un engagement par des autorités compétentes par procédures légales pour avoir son nom sur les voies, places, écoles, bibliothèques etc… Heureusement que tous les défunts présidents et plusieurs grandes figures de la RDC ont été jusqu’ici bien servis.

4 ans après l’indépendance de notre pays, la première ville a être rebaptisée était notre capitale Léoppldville, qui est devenue KINSHASA.

Et c’est avec l’avènement du “recours à l’authenticité autrement dit la zaïrianisation” au début des années 70 que les autorités de l’époque ont commencé à rebaptiser tout ce qui caractérisait encore le pays des vestiges persistants du colonialisme et de l’influence de la culture occidentale pour ne pas dire européenne.

Voici un extrait du discours du défunt président Mobutu sur le recours à l’authenticité:
“L’authenticité nous a fait découvrir notre personnalité en pénétrant dans les profondeurs de notre passé pour le riche patrimoine culturel, que nous ont laissé nos ancêtres. Nous n’avons pas l’intention de revenir aveuglément à toutes les coutumes ancestrales; plutôt. Nous aimerions choisir ceux qui s’adaptent bien à la vie moderne, ceux qui favorisent le progrès et ceux qui créent un mode de vie et de pensée qui sont essentiellement les nôtres.”

Si j’écris cette énième tribune, c’est pour réagir par rapport à la suggestion faite par le gouverneur Atou Matubuana du Kongo-Central, concernant au changement du nom de notre aéroport international de N’djili.

Un peu d’histoire sur N’DJILI…

Depuis le 19ème siècle, le village N’djili (JIDI) s’est situé sur la rive gauche de la rivière N’djili qui fut un espace d’échanges commerciaux.
Ses premiers occupants étaient les BAHUMBU et BATEKE originaires du village KIMBANGU actuellement PETRO-CONGO dont le chef coutumier s’appelait NGANGWELE.
La question que tous, nous devons poser est celle de savoir si le nom du prophète visionnaire Simon Kimbangu, est éponyme de ce village?
Et surtout que dans les annales, Mfumu Simon Kimbangu n’est pas le premier à avoir ce nom!!!
Serait-ce à cause de ce déni d’histoire que le gouverneur Atou Matubuana a pensé faire cette suggestion au chef de l’état pendant la cérémonie du centenaire de la prophétie par excellence de Mfumu Simon Kimbangu qui a eu lieu ce 6 avril 2021 à Nkamba.
Nous devons reconnaître déjà que le jour de la mise à mort de la prophètesse Ndona Kimpa Vita un certain 2 juillet 1706 sur le Mont-KIBANGU, on retrouve ce nom dans ce royaume Kongo, avant la venue de Mfumu Simon Kimbangu.
Pour rebaptiser les noms d’avenues ou de bâtiments officiels, il faut un débat sociétal avant de soumettre cela pour un examen sémantique.
Le gouverneur Atou Matubuana a raté une occasion en or pour présenter un projet de construction d’un aéroport international dans le Kongo-Central pour stigmatiser le centenaire de Mfumu Simon Kimbangu… (comme la province de Lualaba est entrain de le faire) en lieu et place de suggérer de rebaptiser l’aéroport international de N’djili.
Tout en oubliant qu’il n’a aucune qualité pour une telle suggestion qui ne relève pas de sa compétence.
Le gouverneur du Kongo-Central ne pouvait pas faire cette proposition au chef de l’état en dehors de sa circonscription.

N’djili n’est pas au Kongo-Central.
Pourrait-il faire la même proposition pour l’aéroport de Goma ?
Chaque gouverneur est entrain de moderniser sa province mais que fait exactement le gouverneur Atou Matubuana ?

Construire un aéroport international au Kongo-Central qui porte le nom de Mfumu Simon Kimbangu sera bénéfique même pour le tourisme.

La présence du gouverneur Atou Matubuana à la cérémonie du centenaire était le seul bémol car Mfumu Simon Kimbangu s’est battu pour instaurer la justice et sachant que la cour constitutionnelle avait émis un arrêt qui contraint le gouverneur Atou Matubuana de démissionner, le chef de l’état qui est le premier magistrat et le garant de la nation, ne devrait pas accepter d’être reçu par ce gouverneur déchu; lui qui prône l’état de droit.
Jusqu’aujourd’hui, nous attendons que le gouverneur Atou Matubuana puisse présenter sa démission auprès du chef de l’état. D’autant plus que Le procureur près la Cour Constitutionnelle qui avait annoncé que le refus  exposera le concerné à la rigueur de la loi, n’a pas encore retiré cet arrêt-là!
S’il veut voir le nom de Mfumu Simon Kimbangu inscrit sur un aéroport international en RDC, il doit faire comme les autres gouverneurs qui bossent réellement pour le changement et le développement dans leurs provinces respectives. Car gouverner c’est prévoir dit-on !!!

Par l’Activiste, Penseur et Notable de Madimba Mingiedi Mbala N’zeteke Charlie Jephthé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Creats by by EVOLUDIA ASBL.