26 février 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Affaire audio de Mende : le MLC accuse le FCC-CACH de vouloir prendre en otage la justice

2 min read

Le Mouvement de Libération du Congo (MLC), dit avoir suivi « avec consternation » les propos tenus par le député national du Front Commun pour le Congo (FCC), Lambert Mende dans un audio partagé sur les réseaux sociaux, au sujet des 5 juges pro-Kabila à la Cour constitutionnelle.

Pour le parti de Jean-Pierre Bemba, ces propos dévoilent et confirment l’inféodation du pouvoir judiciaire en général et de la haute cour en particulier qu’il a toujours dénoncé.

« Cette attitude est révélatrice de l’instrumentalisation de la Cour constitutionnelle par les deux familles politiques au pouvoir, qui tentent de se livrer honteusement à la bataille de positionnement au sein de la haute Cour qui est pourtant réputée gardienne des valeurs républicaines », a dénoncé la secrétaire générale du MLC, Ève Bazaïba.

La parti membre de la coalition Lamuka demande à ses militants et à toute la population congolaise de rester vigilants afin de barrer la route à toute action politique visant à prendre en otage le pouvoir judiciaire.

Pour le MLC, les trois cycles électoraux » cahotiques » qu’a connus la République démocratique du Congo », sont les conséquences de ces manipulations politiciennes ».

« Les juges constitutionnels congolais n’ont jamais été indépendants, mais ont brillé par des décisions de justice édictées par les tenants du pouvoir », a ajouté Ève Bazaïba.

Tout en condamnant » avec la dernière énergie » ce qu’il qualifie de » tentative rétrograde qui frise un recul démocratique et porte atteinte à l’indépendance des juges » de la haute Cour, la direction politique du MLC lance une consultation juridique afin d’identifier et d’établir des éléments constitutifs d’une infraction aux lois du pays.

Pour rappel, dans une conversation téléphonique partagée sur les réseaux sociaux, Lambert Mende reprochait à un cadre de son parti, CCU (membre du FCC), d’avoir participé à l’initiative de prise à partie devant la Cour de cassation pour écarter 5 juges la Cour constitutionnelle pro-Kabila.

L’ancien porte-parole du gouvernement avait trouvé que cette action jouait en faveur du CACH, coalition du présdient Tshisekedi, au détriment des intérêts de sa famille politique, FCC.
Ouragan FM /Notabilitecd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed