6 mai 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Insécurité dans l’Est : Kabeya Mikishi propose l’organisation des dialogues interwandais, burundais et ougandais

3 min read

Plusieurs villes de l’Est de la République démocratique du  Congo(RDC) sont en proie depuis des années à l’insécurité chronique et aux massacres  quotidiens des civils. 

Les mouvements citoyens ne cessent de manifester pour réclamer la fin des tueries de civils. Approché par Ouraganfm.cd, Palmer Kabeya Mikishi, fervent militant de Filimbi n’a pas délié sa langue pour dénoncer ces massacres commis par des groupes armés locaux et étrangers contre les civils mais aussi condamner avec fermeté l’inaction des autorités qui laissent perdurer cette situation. 

Le militant pro-démocratie a proposé des pistes de solutions pour mettre un terme à cette cruauté qui n’a fait que trop durer. Il s’agit entre autres :

  1. Primo, regrouper tous les réfugiés (Ougandais, Rwandais et Burundais) dans les camps qui ont été détruits en 1996 à l’entrée du FPR/UPDF/FAB sous Museveni, Kagama et Buyoya. Cette opération permettra, selon lui, d’identifier tous les réfugiés et bien les gérer tout en respectant le DIH. Il estime que la finalité est d’appliquer les solutions durables à ces réfugiés ( retour ou réinsertion ou réinstallation ailleurs au monde).

Ainsi, Kabeya pense que la RDC doit prendre le devant face à cette situation avant d’exiger à l’ONU à travers ses agences (UNHCR, UNICEF, PAM, PNUD) et les ONG, à l’appuyer pour ce programme d’urgence.

  1. Secundo, il faut encercler, dit-il, les rebelles étrangers partout où ils sont déployés, ne pas les attaquer et exiger que les pays d’origine dont l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi négocient avec eux pour qu’il y ait une solution politique aux crises sociopolitiques dans ces trois pays.

La RDC doit taper du poing sur la table à l’UA, à l’ONU pour exiger les dialogues avec des menaces claires à adresser à ces trois pays au point que s’ils refusent de négocier avec leurs frères, Kinshasa doit procéder au  rapatriement forcé des réfugiés dans leurs pays respectifs. 

Le militant pense qu’il faut responsabiliser les Nations unies car ce sont elles qui ont favorisé l’entrée des armées étrangères sur le sol congolais.

  1. Tertio, le gouvernement congolais doit trouver une formule interne pour gérer les combattants patriotes nationaux qui se sont battus aux côtés des FARDC pour faire face à l’AFDL, RCD, CNDP et M23. 

Un dialogue avec eux pour trouver une issue favorable est nécessaire car, dit-il, des armes qu’ils détiennent, ont été donnés par les gouvernements successifs pour appuyer les FARDC à combattre l’agression.

  1. Quarto, appliquer les résolutions du Rapport Mapping, c’est-à-dire, rechercher ces criminels et les traduire en justice.
  2. Quinto, Mettre en place des  projets de grande envergure pour l’encadrement de tous les jeunes sans emploi.
  3. Sexto, Promouvoir la bonne gouvernance, restaurer l’autorité de l’État, organiser les élections transparentes, assurer une bonne gestion des minerais, revoir les contrats léonins.
  4. Septimo, Mettre fin au discours tribaux et discriminatoires au profit du dialogue communautaire, de la cohésion sociale, du discours rassurant et rassembleur, de l’unité nationale, punir sévèrement le tribalisme.

Alexis Emba/Notabiliterdc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Creats by by EVOLUDIA ASBL.