3 mars 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Justice : Afriland Bank confirme le remboursement total de 3 millions USD par l’Ogefrem et blanchit P. Sayiba

4 min read

Ce mardi 21 avril 2020, plusieurs médias ont annoncé comme une énième arrestation du Directeur Général de l’Ogefrem, Patient Sayiba Tambwe.

Ses avocats dont Laurent Onyemba rassure que ce dernier est libre. Il n’est pas en détention provisoire au PG/Cassation et attend l’invitation du parquet pour se présenter.

Du côté du dossier proprement dit, plusieurs hauts cadres de l’OGEFREM dont le sous Directeur NDUDIA TSHIMANGA et le Directeur Financier Domy ILUNGA BANGAMBILA ont été successivement entendus au Parquet près la Cour de Cassation ce vendredi 17/40/2020 et lundi 20/04/2020 sur les accusations de détournement à l’OGEFREM.

Entre-temps, le Parquet a fait venir Afriland Bank, la Banque qui avait accordé le crédit dont le montant serait soit de 3, 6, 7 ou 21 millions selon certaines sources mal informées.

Preuves à l’appui, Afriland Bank, dont l’adresse et les dirigeants sont bien connus de tous, a été entendue sur les faits et a confirmé que l’emprunt de l’OGEFREM auprès de cette institution bancaire était de 3 millions et a déjà été totalement remboursé longtemps avant que cette histoire ne défraye la chronique.

Du côté du dossier proprement dit, plusieurs hauts cadres de l’OGEFREM dont le sous Directeur NDUDIA TSHIMANGA et le Directeur Financier Domy ILUNGA BANGAMBILA ont été successivement entendus au Parquet près la Cour de Cassation ce vendredi 17/40/2020 et lundi 20/04/2020 sur les accusations de détournement à l’OGEFREM.

Entre-temps, le Parquet a fait venir Afriland Bank, la Banque qui avait accordé le crédit dont le montant serait soit de 3, 6, 7 ou 21 millions selon certaines sources mal informées.

Preuves à l’appui, Afriland Bank, dont l’adresse et les dirigeants sont bien connus de tous, a été entendue sur les faits et a confirmé que l’emprunt de l’OGEFREM auprès de cette institution bancaire était de 3 millions et a déjà été totalement remboursé longtemps avant que cette histoire ne défraye la chronique.

Le 26 décembre 2017, Afriland Bank accorde le crédit de 3 millions USD à l’OGEFREM après examen du dossier.

Le 23 février 2018, dans une lettre concernant transmission des traités et du tableau d’amortissement, Afriland Bank informe OGEFREM de la formation du prêt lui accordé.

A la question de savoir si la procédure de demande, d’octroi et de remboursement de ce crédit a été scrupuleusement respectée?

Ces deux cadres précités, toutes les autres sources consultées tout comme Afriland Bank ont été formels en fournissant des preuves irréfutables qui attestent que tout a été fait dans le respect des règles de l’art.

Du côté de l”OGEFREM , ces haut cadres affirment qu’ils existent deux rapports ou enquête de haute facture issus de la Cour des comptes et de l’Inspection Générale des Finances qui ont clôturés le dit dossier.

D’où vient donc cette besogne de sape et cet acharnement à grande échelle contre ce DG ou encore que visent ces rumeurs sur un prétendu détournement des deniers publics et à qui ça profite?, s’interrogent-ils.

Voilà des questions qui appellent une curiosité savante et à ce sujet selon ces haut cadres de l’OGEFREM, d’autres investigations sérieuses se poursuivent pour dénicher les tireurs des ficelles qui méritent d’être mis en quarantaine ou hors d’état de nuire par les organes de justice.

D’ores et déjà, les avocats de Patient Sayiba interpellent les Magistrats à se pencher sur toutes ces questions dans le cadre de la lutte contre les antivaleurs et contre les ennemis de la République qui, usant de leurs privilèges politiques notamment, cherchent à instrumentaliser certains agents du Parquet pour assouvir leurs intérêts égoïstes inavoués mais déjà soupçonnés.

Pour rappel, les avocats de ladite entreprise dénoncent des détracteurs du DG de l’OGEFREM qui se déchaînent comme des chiens enragés avec un appétit criminel et de nuisance au point qu’ils n’hésitent pas de se substituer aux organes de justice en diffusant sur les réseaux sociaux tous les actes de procédure, même secrets, mais aussi des informations contradictoires sur un détournement qui s’élèverait tantot 3, 4, 15 ou 21 millions sans jamais fournir la preuve.

“La présente analyse est une dénonciation flagrantes des actions personnes mal intentionnées, des oisifs et profanes habitués à la loi du moindre effort qui se font passer pour des savants, qui évoquent un prétendu détournement en critiquant la gestion du projet port sec de Kasumbalesa sans en connaître les tenants et les aboutissants,” notent-ils.

Ils disent comprendre aisément que le but de ces détracteurs, est visiblement l’obtention d’une éventuelle éviction de ce DG après lui avoir injustement attribué une fausse note alors que tous les témoignages reçus avec soubassements authentiques font état d’une gestion orthodoxe tant administrative que financière qui mérite les encouragements de tous.

Toujours est-il que plusieurs cadres soutiennent que l’OGEFREM se porte aujourd’hui mieux qu’hier et à cette allure il le sera davantage demain malgré tout le combat dont il fait face.

ACP/NOTABILITECD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed