1 mars 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Le prédicateur Moïse Mbiye a pris tout le culte du dimanche pour répondre aux accusations d’abus sexuels contre lui

2 min read

Des révélations portant sur une star de la chanson chrétienne viennent de nouveau saturer les contenus de médias peoples. Moïse Mbiye, chanteur gospel et pasteur de l’une des communautés chrétiennes importantes dans le pays, Cité Bethel, a été accusé jeudi dernier par Éliane Bafeno la principale actrice de son tube « Ye oyo », d’avoir abusé d’elle depuis ses 17 ans. Il réplique ce dimanche au cours du culte. Une heure de prédication sur fond de réplique.

« Pourquoi cherche-t-on à éteindre une étoile qui brille », s’est-il interrogé devant les fidèles de son église.

Le pasteur affirme ensuite avoir reçu de témoignages rapportant les faits que de gens proposeraient jusqu’à 10.000 dollars américains pour le nuire dans les médias. « Je ne peux pas vivre dans un pays où on utilise les femmes pour détruire les carrières de ceux qui ont de l’avenir », a-t-il dit.

Des accusations contre qui enflamment la toile telles celles portées contre un autre artiste gospel Mike Kalambay un de ses proches, par son ex-épouse et mère de ses deux enfants qui dans une vidéo postée sur Youtube parle de violences physiques qu’elle a fait objet et de multiples infidélités de l’artiste à succès Mike Kalambay.

Moïse Mbiye lui, célibataire notoire, a pourtant entretenu une « relation amoureuse » avec Eliane Bafeno, affirme cette dernière sur Instagram. Elle dit vouloir révéler cette histoire secrète pour « sauver des âmes et apprendre de ses erreurs », une relation qui date de ses « 17 ans, presque 18 ans » et qui vient de prendre fin récemment, à ses 20 années d’âge.

Mon « histoire blessera alors beaucoup de gens mais aussi sauvera des âmes de certains », a-t-elle assurée. Après cette révélation, elle dit faire objet des menaces de mort et craint pour sa vie. Affirmant qu’elle rassemble les preuves pouvant appuyer son histoire qu’elle mettra à la disposition du public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed