28 janvier 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Les 4 erreurs positives de Vital Kamerhe

6 min read

Positives erreurs ou erreurs positives? Certains pourront les qualifier d’erreurs inhérantes à la nature humaine, d’autres cependant les prendront pour des qualités indiscutables des rares as de notre époque. Je ne fais pas un jugement de valeur, mais essaie simplement d’écrire ce qui me passe par la tête, lorsque je vois l’un des dignes fils dans l’histoire de la RDC, être rejeté par les siens, cloué au pilori, amené à l’échafaud par ceux qui normalement, devraient le protéger, l’aider, le remercier. Mais quelles sont, selon moi, les erreurs du maitre? (Apres tout c’est pas un extraterrestre). Sa situation serait-elle autrement aujourd’hui, s’il aurait evité ces erreurs? Peut-etre. Les voici:

  1. «Espérer que tout le monde était, ou peut être comme lui »

Le Président de l’UNC, l’Honorable Vital Kamerhe a, toute sa vie, ou mieux dans sa carrière politique, pensé, considéré, espéré que tout le monde est, ou peut être et se comporter comme lui. VK est un homme bon, compréhensif, intelligent, pacificateur, unificateur, prêt à toujours pardonner ses ennemis, réconcilliant, et toujours apte à servir les autres, se plaçant toujours à la dernière position quand les autres se battent pour s’accaparer des premiers avantages. Il a longtemps ou parfois oublié que tout le monde n’est pas comme lui. Plus de 50 % de personnes bien placées dans les structures politico-administratives du PPRD, FCC, Assemblée Nationale, armée, présidence de la République, gouvernements,… ont été soit recrutés et amenés par Vital Kamerhe, soit approuvés par lui. Et cela entre la période 2000 à 2009 et 2016 à 2020. Aujourd’hui, ces personnes sont soit bien placées, avec une belle vie, carrière politique ou administrative assurée, ou encore dans une carriere militaire florissante et stabilisée. Malheureusement, presque toutes ces personnes aidées, supportées, recommandées, approuvées, nommées par VK, ne sont pas comme lui. Certaines se caracterisent par un manque criant de reconnaissance, d’autres par une jalousie teintée d’ingratitude démoniaque notoire, et d’autre enfin, par une haine viscérale injustifiée, qui obnibule leur esprit, et les amene à ressasser des petits faits ostentatoires, seulement negatifs à leurs yeux et appréciations.

  1. « L’ erreur (positive) de précipitation »

Depuis plusieurs années, le Dr Kamerhe rêvait d’un Congo fort, grand, et prospère au coeur de l’Afrique. Il avait transformé ce rêve en un projet de société, bâti sur une vision parfaite de la manière dont la RDC pourrait jouer un rôle phare et emblematique en Afrique Centrale, en Afrique entière et dans le monde. Il pensait que ceci deviendrait réel un jour, de son vivant. Il voulait seul conduire ce projet mirobolant, avec son parti UNC lors des élections présidentielles de 2011. Il croyait dur comme fer que ce serait possible en 2016, après l’échec de 2011. Il le pensait encore plus lorsque le moment était venu de diriger la campagne présidentielle du chef de l’Etat actuel, Felix Tshisekedi en 2018, et surtout lors de leur accession au pouvoir en 2019. Il espérait enfin que le moment était mûr losque le FCC et le CACH ont coalisé et décidé de travailler ensemble pour le bien des congolais, dans la paix acquise chèrement et retrouvée après moult sacrifices, là où plus d’un prévoyait le chaos et l’hécatombe. La précipitation vient lorsqu’avec toute la bonne volonté du monde, le nouveau directeur de cabinet du Président élu prend en mains les choses et veut vite transformer ses rêves et fabuleux projets en réalité, en donnant au peuple congolais les bonnes routes, les écoles, les centres de santé et hopitaux, l’enseignement gratuit, les ponts, les ports, l’augmentation des salaires, l’emploi, les logements sociaux, etc… pour le compte du programme de 100 jours du Président de la République. VK accepte sans atermoiement, et avec les autres institutions et ministères, de suivre de près et réaliser en un temps record, tous ces projets. Mais…Il avait oui oublié que les ennemis de la RDC sont nombreux et eux ne voudraient jamais voir se réaliser dans le pays de Lumumba et de Laurent Kabila, des gros projets de développement. Il aurait dû attendre. Souvenons-nous de la même précipitation de Mzee LD Kabila. Lui qui avait vite pensé que la RDC devrait maintenant se prendre en charge et se développer seule. Il avait chassé les rwandais et voulait prouver au monde que les congolais sont capables. La précipitation dans la prise de la bonne mesure lui avait couté cher, et depuis, les guerres à l’Est sont devenues multiformes, planifiées, montées et réalisées par les ennemis de la souveraineté et du développement de la RDC.

  1. L’erreur (positive) de balance dans la vie politique congolaise

Pour durer sur la scène, et ne pas être la cible permanente des méchants dans la politique congolaise, il faut soit être taciturne, très effacé et agir en cachette et par les autres. Comme Joseph Kabila, Kengo, Gizenga, Katumbi,… ou soit alors être très superficiel, très mondain, loquace, et même directement turbulent et rebelle comme les Olengankoy, les Ne Muanda Nsemi, les Mokia, les Mende, les Fayulu et autres. Les kinois aiment des gens comme ça, les politiciens-musiciens-danseurs ou comédiens. L’honorable Vital Kamerhe le sait pertinement bien pour avoir été l’une des grandes figures politiques de deux dernières décennies. Mais lui a toujours voulu rester au milieux et balancer les deux: Il était toujours tellement libre d’esprit, que ses sorties avec sa familles et ses amis étaient publiques, son téléphone répondait aux appels même de ses électeurs dans le fond du Kivu. Il recevait et mangait avec tout le monde chez lui, passait ses nuits dans des hôtels modestes en Europe, et parfois chez des amis. Il s’est marié officiellement, au vu et au su de tous. Parfois il accompagnait ses enfants au marché, à l’école, et au cinéma. Il était à retrouver au deuil chez un quiddam, au mariage du fils d’une tante, ou au manif de UNC base. Les grands politiciens le cherchaient, ne le trouvaient pas. Un ou deux jours plus tard, il pouvait tout d’un coup être un autre Vital. Un grand homme d’Etat, le seul crédible à côté du Président de la République, avec une tête pleine des milliers de secrets d’Etat jamais devoilés. Politicien et/ou technocrate, il recevait les présidents des Etats et autres chefs des gouvernements, et discutaient des stratégies sécuritaires de la République et de l’Afrique. Il était consulté par des nations, et en fin politique (parmi les forts de la RDC et de l’Afrique subsaharienne ) il participait à la prise des grandes décisions qui engageaient des centaines des millions des humains. Pendant cet exercice, il était inaccessible et travaillait parfois 20 sur 24 heures par jour, seul, sans secrétaire, sans assistant ni conseiller, et sans serviteur. Pour sauvegarder l’Etat. Les kinois qui l’attendaient dans un restau, un café ou un mariage, le haïssaient vite parce qu’il ne savaient pas l’attrapper. Personne n’arrivait à l’apprivoiser, à le maîtriser, à se l’ “approprier “.

  1. “L’erreur positive d’être Pacificateur dans le monde des fous”

VK le Pacificateur. Pacificateur jusqu’au bout. Il l’a bien été et nombreux en ont abusé. Ils se sont moqués de lui, ils lui ont fait des guerres à répétition, sachant très bien, qu’il n’est pas enclin à la rancoeur. Il ne se venge pas, il ne injurie pas, il ne prend pas les armes. Il ne soutient ni bagarreur, ni bandit. Il ne finance ni terroriste, ni groupe armé. Il haït la guerre et déteste la souffrance des autres. Ce “pacifisme ” jusqu’au bout a fait que nombreux ont tenté de lui cracher dans la bouche. Pourtant s’il avait “sa petite branche armée”, comme je lui avait proposé il y a 6 ans, il ne serait pas en prison aujourd’hui. Mais il n’est jamais tard pour corriger les erreurs. Si positives soient-elles.

#VKLIBRE
Jules Bahati

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed