28 février 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

LES ETATS-UNIS ET LA TETE DE KAMERHE

6 min read

Rétrospective sur le non-dit d’une immolation qui prendra fin!
Kinshasa,14 Juillet 2020
Actualisé ce 18 Août 2020
Par: Jules Bahati
.
Condamné après un procès public éminemment révélateur d’un complot ourdi contre le Président National de l’UNC et Directeur de Cabinet du PR Félix Tshisekedi, la victime expiatoire Vital Kamerhe, est toujours dans sa cellule à Makala, sérein, confiant en son innocence, sa justification et sa liberté,…un jour.
On le sait déjà, on le confirme, l’arrestation, le jugement et la condamnation de l’intelligence politique congolaise est l’oeuvre du néocolonialisme occidental qui a reçu l’appui des mains fortes, des pieds et même des béquilles de nos compatriotes congolais impuissants face aux exigences des Maîtres du monde, et/ou des congolais protecteurs de leur “ego”, de leur pouvoir et des biens matériels acquis dans les conditions pour les moins catholiques.

Blanchiment des dollars?

Dans l’histoire récente de la politique monétaire internationale, on notera que les Etats-unis n’ont jamais toléré d’assister impuissants, au trafic du dollar, aux transactions des masses d’argent en dollars, à travers des banques moins sures et non maitrisées, et surtout pas à travers les mains des individus suspectes dans ou vers les pays suspects. Le procès de Kamerhe n’etait pas le procès contre Kamerhe, mais plutôt celui des américains contre Jamal, des Etats Unis contre la RDC. Depuis la mort de Laurent Désiré Kabila, les milieux libanais étaient sous la loupe. La loupe est devenue plus grande et plus puissante après l’attaque terroriste du 11 Septembre aux USA et les menaces grandissantes du Hezbollah. Les USA ont toujours suivi de près le système d’enrichissement illicite des individus sous l’ancien régime dans notre pays, et surtout les réseaux libanais protegés et qui ont été ciblés par les multinationales politisées et politiques américaines et israëliennes. Le Président Félix, lors de son accession à la magistrature suprême, a donné son quitus pour la traque du réseau et des éventuels potentiels financiers du terrorisme mondial. Et cela en échange de la protection de son pouvoir. Ce qui est normal, et d’où la mise sur pied d’une république des juges.

Jamal, première cible!

Près de 10 millions des dollars, au Liban, à travers des mains, transactions et banques non contrôlées par la police mondiale, c’était grave. Très grave même. Les USA n’ont su ni la destination finale, moins encore l’utilisation ultime. Chat échaudé a toujours peur, même de l’eau froide. Jamal fut donc condamné avant même le début du procès. Mais la RDC qui a permis à Jamal d’acceder à cet argent, devrait aussi répondre de ses actes et tirer conséquence qu’on ne badine pas avec le pays et la monnaie de Trump.

Kamerhe sacrifié?

Selon les milieux proches des américains, le programme de 100 jours du Président de la République aurait enrichi des individus depuis longtemps suspectés dans le financement du terrorisme, dont Jamal. Dans la procedure de traque contre les potentiels financiers des terroristes, la RDC à la barre, a voulu montrer sa “bonne foi” aux USA en sacrifiant son fils ainé, son rédempteur pour l’alternance pacifique de Décembre 2018? Comme Judas pensait de Jésus, les sacrificateurs congolais avaient aussi espoir que VK, innocent et intelligent, se défendrait et s’en sortirait devant les juges. Ils avaient seulement oublié que plus que les romains, c’est plutôt les israelites qui, par haine et jalousie, voulaient la tête de Jésus sur un plat. Qui sont ces 3 groupes des congolais aigris?

VK dans un trou des lions, crucifiez-le!

Lamuka, ce 1er groupe, n’a jamais pardonné VK, cet homme politiquement habile et minitieusement stratégique. Son saut magique, avec Félix, de Génève à la présidence de la République en passant par Nairobi, reste gravé dans les annales haineuses des faucons katumbistes ou katumbisés. Katumbi et Lamuka n’oublièrent pas les millions des dollars dépensés dans le lobbying, depuis 2014, pour accéder au pouvoir. Volatilisés, consommés par les lobbies américains, canadiens, belges, français et anglais, pour que Katumbi ou un homme de son choix (ici Fayulu) dirige la RDC. Match perdu, la haine a pris place et les lobbying, par vengeance, ont appuyé le processus de condamnation de VK.

2è groupe: Le PPRD et le FCC, sous la main décidée de l’ancien VPM de la justice Tunda, ont bien préparé les ingrédients, la casserole, l’assiette et même les couvercles à utiliser pour manger du Kamerhe. Oubliant même qu’un caméleon, malgré ses faces et talents positifs tant vantés par Amadou Hampaté Bâ, a une chaire pleine de poison. Ils n’en mouront pas tous, mais tous seront contaminés. Les caciques du FCC d’abord. Ces gens qui n’ont jamais digéré leur absence dans la gestion au sommet de la Res Publica. Voir VK condamné, était leur prière vespérale.

Le 3è groupe, lui pas moins virulent et haineux, est celui des caciques de l’UDPS. Pas tous. Mais surtout ceux venus en dizaine des milliers de la diaspora pour prendre le pouvoir et s’enrichir. Ces combattants qui pendant 10 ans avaient traité Kamerhe de rwandais, de Burundais, se rendent finalement compte qu’il est effectivement congolais, lorsqu’il dirige une campagne présidentielle réussie pour leur frère Félix, et l’amene à la tête du pays. Vite ils se précipitent autour de Félix et de sa famille, espérant s’enrichir comme les mobutistes et les kabilistes. Ils avaient oublié que Félix et Kamerhe avaient décidé de mener une gestion orthodoxe afin de faire la différence. Tout d’un coup, nombreux de l’UDPS ne sont pas engagés et vadrouillent à Kin, pendant que d’autres se retrouvent à la présidence et dans les ministrères, mais toujours pauvres comme avant. Bouc émissaire: Kamerhe.
Le Procès fut donc le moyen idoine de se débarasser de la personne qui bloque, encombre, et se présente, selon l’accord de Nairobi, comme le prochain locataire de la plus haute institution du pays. Crucifiez-le, clamaient les talibans. A mort, rétorquait Limeté, au nom de tous les haineux.

Kamerhe innocenté, mais?

Le procès terminé. Aucune preuve matérielle. Tout ce que VK a fait, il l’a fait au nom du Président, au nom de la RDC. Et comme dans un procès pénal les preuves de culpabilité doivent être clairement établies, VK reste innocent et innocenté par la loi et par les congolais qui ont compris l’engrenage, les enjeux, les intérêts des uns et des autres. Les USA ont atteint leur objectif, mais ont du mal à reconnaître l’innocence du Dircab du Chef de l’Etat. Soufflant le chaud et le froid, Hammer, dans son hypocrisie légendaire, s’appuie sur les quelques sénateurs américains, pour saluer la démarche néocolonialiste qui sacrifie un nationaliste au profit des intérêts des maîtres du monde. Nous ne sommes pas à la 1ère expérience: tout individu qui est perçue capable de s’opposer directement ou potentiellement aux intérêts des multinationales mercantilistes, est appelé à la correction. Le projet de société de Vital Kamerhe lui coûte les yeux de la tête: “Un grand Congo, au coeur de l’Afrique grâce à ses potentialités humaines, agricoles, minérales, eau, gaz et forêt, eh bien, seuls les congolais peuvent l’applaudire, l’admirer. VK sera blanchi, libéré par les vrais congolais. L’animal politique pourrait alors revenir sur la scène, pour essayer de pacifier le pays, lutter contre le terrorisme sans courber l’échine.


Jules

NOTABILITECD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed