9 mars 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

« l’UDPS connaît le mode opératoire du régime déchu qui consiste à se victimiser afin de justifier à l’avance des représailles préméditées » (Porte-parole)

2 min read

En réaction aux accusations de son partenaire FCC suite aux événements du 24 juin aux alentours du palais du peuple, l’UDPS accuse le camp de se victimiser pour justifier à l’avance des représailles préméditées.

« Cependant, grâce à l’expérience acquise dans un passé récent, l’UDPS Tshisekedi connait le mode opératoire du régime déchu qui consiste à se victimiser afin de justifier à l’avance des représailles préméditées destinées à décapiter la poussée démocratique. Le souvenir du 19 septembre 2016 est encore frais dans la mémoire des congolais », lit-on dans un communiqué signé par le porte-parole a.i de l’UDPS.

Le porte-parole a.i de l’UDPS, le parti présidentiel en réaction aux accusations du camp de Kabila qui le charge d’être à la base des troubles observés mercredi aux alentours du palais du peuple, refuse d’être le bouc-émissaire de quelques responsables du FCC en difficulté avec le peuple.« Il est surprenant d’entendre quelques responsables du FCC en difficulté avec le peuple congolais décidé à se prendre en charge, chercher déjà à faire de l’UDPS Tshisekedi leur bouc-émissaire », lit-on dans ce document.

Par ailleurs, l’UDPS « affirme qu’elle détient encore à ce jour son mot d’ordre entre ses mains, qu’elle ne l’a pas encore donné, mais qu’elle n’hésitera pas à le faire en cas de refus du FCC d’écouter le peuple ».

« Cela n’est pas vrai. Ledit mot d’ordre n’est pas encore donné. C’est plutôt encore une chance donnée au FCC d’entendre raison, en vue d’un cheminement apaisé pour la consolidation de l’État de droit », écrit Adrien Kalenga.

Par ailleurs, l’UDPS « demande aux services attitrés de la République de suivre de près tout ce qui se dit sur ce qui se tramerait ».

« Toute l’opinion en est avertie et prise à témoin », a indiqué le porte-parole de l’UDPS.

En outre, l’UDPS promet de donner son mot d’ordre au cas où le FCC refusait de retirer ses propositions de réformes judiciaires à la base des troubles au pays.

Jeff Kaleb Hobiang
Actu7/ NOTABILITECD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed