25 février 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Procès 100 jours : la communauté des BASHI regrette que le procès se soit transformé en tribune d’acharnement Politique et tribal (déclaration)

3 min read

La communauté des BASHI réunis au sein du CINYABUGUMA Asbl, dit noter avec regret que le procès s’est transformé en une tribune d’acharnement politique à connotation tribale contre son fils, l’Honorable Vital KAMERHE, Directeur du Cabinet du Chef de l’État, et elle peut être en droit de nourrir des doutes pour un procès de vérité, juste et équitable.

« En effet, à l’issue des plaidoiries, tout esprit épris de justice aurait constaté que ni le parquet, ni les avocats de la République, ni les témoins n’ont présenté des preuves palpables attestant la responsabilité de l’honorable Vital KAMERHE dans les dossiers de détournement des deniers publics et de corruption ».
Au regard d’un tel constat, les BASHI estiment que « l’acquittement pure et simple de Vital Kamerhe ne serait que justice ».

Congoreformes

Ci-dessous l’intégralité de la déclaration de l’asbl CINYABUGUMA rendue publique ce mercredi 17 juin à Kinshasa ;

DÉCLARATION DE LA COMMUNAUTÉ DES BASHI SUR LE PROCES VITAL KAMERHE

Nous, membres de la communauté des BASHI réunis au sein du CINYABUGUMA Asbl, avons suivi avec intérêt le procès dit des 100 jours mettant en cause notamment Monsieur Vital KAMERHE, l’un de nos dignes fils, depuis le début de l’instruction jusqu’à la fin des plaidoiries ;

Au demeurant et en dépit des frustrations connues au niveau pré juridictionnel de l’instruction, fidèle à notre tradition de bonne gouvernance et faisant confiance en l’administration de la justice à la faveur de l’Etat de droit prôné par Son Excellence Monsieur le Président de la République, nous avons choisi de nous abstenir de toute expression et appelé nos filles et fils disséminés sur l’ensemble du territoire national et partout au monde au calme à l’instar de la lettre du 12 mai 2020 réceptionnée en date du 30 mai dernier adressée par Sa Majesté le Mwami Pierre NGWESHE NDATABAYE WEZA III à Son Excellence Monsieur le Président de la République ;

A ce jour, l’opinion peut noter avec regret que le procès s’est transformé en une tribune d’acharnement politique à connotation tribale contre son fils, l’Honorable Vital KAMERHE, Directeur du Cabinet du Chef de l’État, et elle peut être en droit de nourrir des doutes pour un procès de vérité, juste et équitable ;

En effet, à l’issue des plaidoiries, tout esprit épris de justice aurait constaté que ni le parquet, ni les avocats de la République, ni les témoins n’ont présenté des preuves palpables attestant la responsabilité de l’honorable Vital KAMERHE dans les dossiers de détournement des deniers publics et de corruption ;

Au regard de ce qui précède, nous exprimons notre attachement à l’État de droit prôné par Monsieur le Président de la République,

Chef de l’État, Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI et son allié, l’honorable Vital KAMERHE ainsi que notre aspiration à la bonne administration de la justice, indicatrice d’un état de droit que se veut la République Démocratique du Congo ;

Nous prenons la responsabilité d’en appeler à la conscience des uns et des autres en prévention de toute manipulation de la justice pour des fins politiques et tribales sous toutes ses formes, tendant à obtenir coûte que coûte la condamnation de l’honorable Vital KAMERHE ;

Aussi, nous en appelons à la conscience nationale qu’un patrimoine à la carrure de Monsieur Vital KAMERHE ne mérite pas un traitement de victime expiatoire, ce qui ternirait gravement l’image de la nation tout entière en général et en particulier, celle de la justice administrée en République Démocratique du Congo ;

A la lumière de ce qui précède, nous relevons que l’acquittement pur et simple de l’honorable Vital KAMERHE ne sera que justice objective et en appelons aux filles et fils de la patrie à demeurer attentifs quant à ce et attachés aux valeurs républicaines de la justice équitable.

Pour CINYABUGUMA Asbl

Bernard BASEMA Alexis KANYENYE B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed