28 février 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Retranchement contre relégation : La revanche des Tshisekedi sur les Kabila!

3 min read

Otage des Kabila de son vivant jusqu’à sa mort, intervenue le 1er  février 2017, Étienne Tshisekedi Wa Mulumba a dû attendre quatre ans pour reposer véritablement  en paix.  Relégué dans son village natal par Kabila père, Tshisekedi père n’a pas eu la vie facile sous Kabila fils, qui l’a notamment assigné en résidence surveillée, réprimé les manifestations de ses sympathisants et même emprisonné sa dépouille durant deux ans. Un temps pris en otage lui aussi, son fils, Félix Tshisekedi, a réussi à déboulonner la Kabilie. Pour une première fois, l’anniversaire du décès du fondateur de l’UDPS a été commémoré, cette année, sans la crainte d’être perturbé par les Kabilistes.

Les Tshisekedi otages des Kabila devant l’Éternel ? Oubliez ça, tout a changé! Certes, l’histoire retiendra qu’Étienne Tshisekedi, le premier congolais à avoir bravé le régime du parti unique du temps de Mobutu,  a été puni de la mesure d’éloignement, sous le régime de Kabila père, pour avoir organisé des activités politiques. Il avait été relégué, le 13 février 1998, à Kabeya Kamwanga, son village natal

Depuis lors et jusqu’à sa disparition, il n’avait  jamais été totalement libre de mener son combat politique pour l’avènement d’un État de droit en République Démocratique du Congo. Les militants de son parti,  l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ont eux aussi subi la violence des Kabila père et fils. Des dizaines d’entre eux ont été tuées lors des manifestations organisées entre 1998 et 2018 et des milliers poussés à l’exil.

Leader incontesté de toutes les forces du changement, Étienne Tshisekedi a été un combattant jusqu’à son dernier souffle. Et, jusqu’à son dernier souffle, Joseph Kabila, le dernier des trois Présidents auxquels il s’est opposé, ne l’aura pas lâché d’une petite semelle.

Décédé en Belgique le 1er  février 2017, la veille de la date prévue pour son installation à la tête du Conseil National du Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre (CNSA), obtenu à l’issue des consultations de la CENCO, son corps était devenu un objet de marchandages politiques pour le régime de Joseph Kabila. Son épouse, appelée affectueusement Maman Marthe, a été copieusement insultée par l’ancien Porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, qui a estimé qu’elle ne parlait pas bien français, à la suite du passage de cette dernière au journal Afrique de  TV5 Monde pour dénoncer le refus du pouvoir de Kabila de voir le corps de son mari rentrer à Kinshasa. L’histoire se vengera sur ce dernier!

Il a fallu deux ans pour qu’il soit rapatrié au pays, afin finalement d’être inhumé. Entre temps, son parti fut  dépouillé de ses cadres les plus en vue qui ont été débauchés pour renforcer la Kabilie. Joseph Olenghankoy aura été l’un des politiciens ayant aidé à mettre dans la poubelle les recommandations de l’Accord de la  Saint sylvestre. Il a été nommé président du CNSA, plaça au passage son jeune frère Emery Okundji à la tête du prestigieux ministère des PTNTIC. Devenue puissante, la famille du leader de FONUS, pourtant réputé Tshisekediste,  aurait acheminé plus de six jeeps 4X4 dans leur village natal situé dans le territoire de Lubefu, dans la très enclavée province du Sankuru.

Ce qui devait arriver arriva!

ALTERNANCE/NOTABILITECD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Creats by by EVOLUDIA ASBL.