16 avril 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Sénégal : L’ancien inspecteur des impôts Ousmane Sonko, devenu leader de l’opposition

4 min read

Il suffit d’un homme pour créer le chaos. Sourire éclatant et bouc soigné, le visage d’Ousmane Sonko est bien connu des Sénégalais. Il y a plus d’un an, son visage s’affichait sur quelques pancartes lors de l’élection présidentielle de 2019. Aujourd’hui, l’étoile montante de l’opposition est au coeur d’une affaire judiciaire qui a dérapé en crise politique. Alors qu’il se rendait au tribunal pour être interrogé sur des accusations de viols, il a été arrêté mercredi. Son arrestation a provoqué la colère de ses sympathisants qui rejette le pouvoir actuel. 

Ousmane Sonko s’inscrit comme l’un des rivaux politiques du président sénégalais Macky Sall, au pouvoir depuis 2012. Le député de l’opposition l’accuse d’avoir monté “un complot politique” pour ruiner ses projets pour la présidentielle de 2024.”Si Macky Sall veut me liquider, il devra, pour une fois, accepter de se salir les mains”, a prévenu la semaine dernière le parlementaire de 46 ans. “Nous pouvons perdre des plumes, mais Macky peut perdre son pouvoir” dans cette affaire, a-t-il aussi déclaré. Avec ces déclarations, l’ancien inspecteur des impôts ne déroge pas à ses habitudes : critiquer radicalement le pouvoir. Quitte à se faire quelques ennemis au sommet.  LIRE AUSSI >> Sénégal : tout comprendre aux troubles provoqués par l’arrestation d’un opposant

Face à des candidats plus âgés, Ousmane Sonko incarne une jeunesse désenchantée. Ses sympathisants ont souvent moins de trente ans et connaissent des problèmes liés au chômage et la pauvreté. Lors de l’élection présidentielle de 2019, il prend la place du candidat “antisystème” afin de capter les voix des déçus de Macky Sall. Ses phrases sont souvent percutantes. Il s’inscrit en faux contre le récit officiel d’un Sénégal “sur la voie de l’émergence”, mantra du président Macky Sall. Une stratégie qui semble payante. 

Une ascension politique fulgurante

Celui qui a grandi en Casamance déplace les foules lors de ses discours. Dans sa ville natale de Thiès, le député martèle, devant un public suspendu à ses lèvres, l’importance de “l’indépendance” du Sénégal. Que ce soit sur le plan national ou international. Concernant le volet économique, il milite pour une sortie “responsable et intelligente” du franc CFA, perçu comme un symbole post-colonial. Il n’hésite pas à se décrire “sans complexe vis-à-vis des Français ou des Américains”. À l’élection présidentielle, Ousmane Sonko décroche la troisième place, avec 15% des voix. S’il reste loin derrière son rival Macky Sall, l’ascension de cet homme a été fulgurante.  

Jusque-là, la carrière politique d’Ousmane Sonko n’a connu aucune fausse note. Fonctionnaire pendant 15 ans, il occupe le poste d’inspecteur des impôts. En 2014, il devient le chef du parti de l’opposition PASTEF-Les Patriotes. Mais l’événement fondateur survient deux ans plus tard. En 2016, l’opposant est radié de son poste d’inspecteur des impôts après avoir dénoncé l’opacité de certains contrats publics et les privilèges indus, selon lui, de la classe politique. Élu député en 2017, l’animal politique se montre à l’aise à la télévision et souriant lors de ses rencontres avec les militants.  LIRE AUSSI >> Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations

À l’opposé des apparatchiks au pouvoir, Ousmane Sonko revendique sa simplicité. Tantôt en boubou traditionnel ou en costume, le chef de file de l’opposition choisit de s’emparer des sujets de société : la justice sociale ou la pauvreté. L’opposant dénonce l’endettement de l’État, la pauvreté, l’insécurité alimentaire ou encore les systèmes sanitaire et éducatif en ruines. “Théoriquement, aucun homme politique au Sénégal ne devrait être très, très riche, puisque nous savons d’où provient la richesse, souvent, des hommes politiques en Afrique. C’est de la richesse qui provient des détournements de deniers publics”, dénonçait-il en 2018 sur TV5-Monde 

La seule alternative au sein de l’opposition ?

Si ces combats politiques sont bien connus, sa vie privée reste plus opaque. Musulman, le député de l’opposition s’affiche régulièrement en compagnie de son guide religieux mouride, une des plus influentes confréries du pays. On sait qu’il a deux épouses et plusieurs enfants. Par le passé, il était accusé d’une trop grande proximité avec les salafistes, une manière selon lui de tenter de le salir. Les accusations actuelles sont de la même veine et proviennent du président Macky Sall lui-même, désireux de l’écarter des prochains scrutins, estime-t-il, malgré les dénégations du chef de l’État. 

Mais Ousmane Sonko pourrait-il représenter une menace pour le pouvoir en place ? Possible, puisque l’échiquier politique a changé. Dans le carré de l’opposition, Ousmane Sonko se sent moins à l’étroit. La raison est simple : le dauphin à la présidentielle, l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, a grossi les rangs de la majorité. À cela s’ajoutent deux autres personnalités hors circuits pour l’instant : Karim Wade, fils et ancien ministre de l’ex-président Abdoulaye Wade, et Khalifa Sall, maire déchu de Dakar, tous deux frappés par des condamnations pour des malversations financières. 

Notabilitecd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Creats by by EVOLUDIA ASBL.