24 janvier 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Une rentrée parlementaire de tous les enjeux et dangers en RDC

4 min read
Dans dix jours, soit le 15 mars, les élus nationaux reprennent le chemin de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, situé dans la commune de Lingwala. Une rentrée parlementaire aux allures d'un pugilat, vu le degré de méfiance au sein de la coalition au pouvoir. La succession des événements malheureux ont eu une incidence négative et ont refroidi les relations des partenaires dont l'amour tourne au vinaigre jusqu'à devenir disharmonie aiguë.

Certes, il existe des conflits larvés entre le Front commun pour le Congo (FCC) et le Cap pour le changement (CACH). Une guère latente née d’un manque criant de dialogue sincère et permanent. “L’insubordination” des Ministres du FCC au Chef de l’Etat, la volonté de Félix Tshisekedi de dissoudre le Parlement en cas de l’enlisement de la situation décriée au CACH, la mort mystérieuse du Général Delphin Kahimbi, l’interpellation de quelques personnalités du FCC à l’aéroport de Ndjili sont les déclics du courroux dans les deux camps. Mais il y a surtout le rapprochement de Félix Tshisekedi des USA, posture qui met le FCC mal à l’aise jusqu’à lui priver du sommeil la nuit. Les deux conjoints n’avaient pas prévu tels revirements spectaculaires. Ils semblent avoir été très distraits, jusqu’à oublier qu’en politique, il n’y a pas d’éternels amis et ennemis et qu’il n’y a que la permanence des intérêts. Leur mariage en est une illustration. Personne n’avait imaginé une coalition Kabila-Tshisekedi.

Le FCC a vu au delà du rideau sa déconfiture venir. ” Il faut anticiper les événements “, prévenait une source proche de l’ancien régime. Voilà qui justifie la réunion de ce mardi 3 mars à GLM à la résidence de l’autorité morale du FCC. Une source révèle à POLITICO.CD que Joseph Kabila a réuni autour de lui la Présidente de l’Assemblée nationale Jeannine Mabunda, le Président du Sénat Alexis Ntambwe et Sylvestre Ilunkamba, Premier Ministre du Gouvernement central.

Selon la même source, l’attitude de Tshisekedi a été scrupuleusement analysée à la loupe. Et des dispositions ont été prises pour maintenir le bateau FCC insubmersible pendant ce temps de tempête sur la mer. Pour l’ancien régime, Tshisekedi est un mari infidèle qui abandonne sa femme (FCC) pour céder aux sollicitations d’une autre (USA). Pourtant les deux amantes ne se supportent nullement, des rivales congénitales. “Le regret de la Kabilie est qu’en tant que femme, elle a tout fait pour rendre possible ce mariage contre nature“, révèle un cadre de la ligue des jeunes du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), parti de Joseph Kabila.

Survivance

Les deux camps semblent maîtriser le principe de la “légitime défense préventive”. C’est la raison d’être des veillées d’armes dans les deux camps. Au CACH, “il faut se méfier d’un soit disant partenaire qui bloque tout afin de créer une crise“, avoue une source proche de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) à POLITICO.CD. ” Nous n’avons pas oublié la dernière déclaration de Kabila à l’Union africaine (je ne vous dis pas adieu, mais à bientôt) “, poursuit la même source.

En un mot comme en mille, le camp de Tshisekedi accuse celui de Kabila de tout mettre en oeuvre pour l’échec du Chef de l’État. Ils évoquent pour ce faire les ordonnances présidentielles mises au frais, le blocage des fonds pour les travaux de 100 jours, le comportement peu orthodoxe de certains Ministres du FCC. Et le camp Kabila soupçonne Tshisekedi de programmer la mort politique du FCC, l’interpellation en cascade des personnalités proches de l’ancien Président, mais surtout le pacte avec les USA.

Eu égard à ce qui précède, les deux partenaires affûtent leurs armes pour faire face à un potentiel revirement de l’autre. Mais la peur monte à l’approche de la rentrée parlementaire. Un avocat ne cache pas curieusement sa joie. ” Félix dissout le Parlement avant le 15 mars. Ce qui explique ses accointances avec les USA pour contenir les éventuelles représailles du FCC “, révèle cet homme en toge. Oui, la crainte est perceptible. Alain Atundu, communicateur au FCC en a fait mention dans son point de presse du mardi 23 mars 2020 à Kinshasa. ” Il est des personnes animées par un fantasme qui militent pour la mort politique du FCC“, a-t-il fait savoir. Et ce dernier de réclamer une journée d’évaluation de l’action de la coalition une année après.

Ça passe ou ça casse

Les enjeux de la rentrée parlementaire de mars sont l’unité et la cohésion à maintenir au sein de la coalition. Il faut arrêter avec l’hypocrisie entre les deux conjoints qui se toisent et se soupçonnent dans chaque geste et parole. C’est en supprimant les agendas cachés qu’ils pourront gagner le pari du développement qui pointe à l’horizon. Les dangers sont quant à eux aux conséquences incalculables et fatales. En cas de la continuité de la perfidie, le FCC et le CACH risquent de sortir leurs biceps, et c’est le peuple qui va en partir. ” Quand deux éléphants se battent, ce sont des herbes qui sont les souffre-douleurs”, dit une sagesse africaine.

Les dangers sont tel que le pays risque de vivre une guère fratricide entre les différentes puissances mondiales par les deux partenaires au pouvoir interposés. Prélude d’une troisième guère mondiale, cette fois-ci au Congo-Kinshasa, la cachette du fusil (continent d’Afrique). Pour éviter l’irréparable, les observateurs estiment qu’il n’est pas encore tard pour revenir à la raison. Le peuple au nom de qui tout le monde parle a besoin de la paix pour recoller les morceaux de son existence brisée.

POLITICO.CD/NOTABILITECD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed