11 avril 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Vital KAMERHE: Notre patrimoine commun

2 min read

Cet homme a tout donné pour la République Démocratique du Congo. L’homme des situations difficiles, technocrate et stratège, fin politicien congolais, Vital KAMERHE a à plusieurs reprises sauvé son pays contre les ennemis de la paix. Ce n’est pas pour rien qu’il porte le titre de pacificateur à vie. Sage et averti, il est le rare homme politique de sa génération qui comprend mieux la situation socio-économique et politique de son pays et y apporte des réponses idoines et durables.

C’est pourquoi d’ailleurs il ne cesse de faire l’objet des diatribes par ses adversaires et détracteurs  jaloux de son accession politique. Victime de plusieurs plans machiavéliques  et projets diaboliques fabriqués  de toutes pièces pour tenir son image et vouloir sa mort politique, KAMERHE y sorte toujours victorieux grâce à sa constance indescriptible, fruit d’une sagesse divinement inspirée. L’homme des situations difficiles y est sort toujours indemne et immaculé. Certaines personnes pensent d’ailleurs que la République lui doit beaucoup,  car cet homme est un patrimoine  dont sa personne devrait faire partie des patrimoines des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Campagne de VK 2018 à BUKAVU
Campagne de VK 2018 à BUKAVU

Aujourd’hui, plus que jamais son sud Kivu natal est fier d’avoir KAMERHE aux plus hautes fonctions de la République, aux côtés du chef de l’Etat. Jour et nuit l’homme réfléchit et met tout son intelligence au service de nation congolaise. C’est par exemple la mise en œuvre du plan de la gratuité scolaire de base où l’homme en question a fortement contribué pour que ledit plan soit effectif petit à petit. Personne n’est indispensable dit-on mais  KAMERHE reste et restera irremplaçable pour le Congo Kinshasa. C’est pourquoi nous devons le protéger et le sauvegarder tant qu’il est en vie afin d’inspirer des générations à venir au patriotisme kamerhien.

 

La rédaction

Landry BIGABWA/Rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may have missed