11 avril 2021

NOTABILITECD

VOTRE SITE D'INFOS EN LIGNE

Vital Kamerhe, victime du néocolonialisme camouflé!

9 min read

28 Mars 2021 Au lendemain de la mise en terre du Docteur Magufuli, c’est en tout cas cette idée et conviction qui crible les parois de ma conscience. Moi c’est Jules Bahati, et mes idées et réflexions n’engagent que moi, car devant l’injustice, la haine et l’egoïsme politique, nous avons le devoir civique et sacro-saint de quitter la parcelle du silence, et clamer à cor et à cri notre engagement pour les libertés individuelles et collectives. Marquons sans ambiguïté notre indépendance vis à vis des maîtres de ce monde, ces néocolonialistes qui nous dirigent à travers nos frères et soeurs achêtés à vil prix.I l’instar du regretté Président Tanzanien Magufuli qui vient de nous quitter, l’Honorable Kamerhe serait aussi frappé et châtié par la volonté de ceux qui craignent que la RDC et l’Afrique ne prennent leur essor. Il est temps de réveiller la conscience et éclairer la lanterne de ceux qui penseraient du contraire. Mais l’analyse méticuleuse de plusieurs éléments et enjeux en présence, sur le plan politique, économique et social, confirme que nous sommes toujours victimes de la voracité et de l’avidité des grandes puissances, des Etats-Unis, et spécialement des grandes multinationales qui ont la mainmise sur les politiques africains et les ressources de leurs pays respectifs. S’il est facile pour eux d’utiliser tous les stratagèmes possibles pour s’accaparer et contrôler les ressources minières, énergétiques, eau et forêts, il est cependant difficile pour eux de contrôler, de maîtriser toutes les ressources humaines. Certains africains, grands et valeureux, panafricains, échappent à ce contrôle, suite à leur engagement total pour le bien de leurs compatriotes. Que Magufuli soit mort de la maladie, c’est une chose. Mais qu’il fut un panafricain qui de son vivant, a lutté pour valoriser les africains, en appelant notamment son peuple à s’unir, travailler et produire pour lui-même, est une realite irréfutable. Il est alors devenu un mal-aimé. Mzee Kabila est passé par là, de même que Sankara, Lumumba, Kaddhafi et les autres Kwame Nkrumah.Les nationalistes africains, les panafricains, sont toujours combattus, bloqués, empêchés, ou simplement et malignement zigouillés.Revenons en RDC. L’avènement du Fatshivit à la tête de la RDC fut un espoir de renaissance pour le peuple congolais. Le président Felix, avec l’Hon. Kamerhe à ses côtés, avait la chance de signer et d’emmancher le voyage vers le développement escompté de la RDC, avec comme soubassement la théorie de la locomotive de Vital Kamerhe. Que la RDC, avec sa jeunesse et toutes ses autres ressources, est capable de se prendre en charge seule et servir de fer de lance du développement des pays voisins, de l’Afrique, et du monde. Cette idée à elle seule, voulue être transformée en action dans le programme de 100 jours du Président de la République, fut la pierre d’achoppement de Vital Kamerhe. Les grandes puissance de ce monde, les multinationales mercantilistes et les chapardeurs des minéraux ont eu peur et ont vite compris que laisser Kamerhe à côté de Felix, c’est risquer de laisser un tandem lumineux continuer à luire et éclairer les congolais jadis somnambules. Tant que VK n’aura pas juré et donné des garanties de ne plus lutter pour la souveraineté de la RDC et l’auto-prise en charge des congolais, il restera cloîtré, prisonnier des ambassadeurs des grandes puissances et de leurs vassaux. Et l’UNC dans tout ça?Le parti UNC doit cesser d’être constamment nourri des leurres. Il est sans nul doute, victime des calculs à différents niveaux. Les multinationales qui soutiennent Katumbi et son poulain masqué, le 1er ministre SAMA, ont déjà pris le contrôle de la RDC. Même le Président Félix est en train de le comprendre, de s’opposer, sans encore y parvenir. C’est pourquoi la formation du gouvernement à un plomb dans l’aile et tarde à devenir une réalité. Le parti cher à Maman Hamida Kamerhe et Baudry Mayo Mambeke pourrait recevoir deux à trois ministères pour subir l’humiliation planifiée. Ou alors il recevra même 6 ou 7 ministères en échange de l’incarcération continue de son porte-étendard, l’Honorable Vital Kamerhe. La Direction Politique Nationale du parti, sous la direction du Secrétaire Général Aimé Boji, fait tout ce qui est possible pour contourner cette situation, et réclame la libération et l’évacuation du président Kamerhe pour des soins appropriés, car toujours malade. « Il n’y a rien qui empêche encore l’évacuation de notre Président », ont-ils insisté. Mais pourquoi Kamerhe n’est pas acquitté alors que les maisons préfabriquées trainent dans les ports et même les sociétés qui ont reçu l’argent de Jammal, les commandes et ont livré les maisons, menacent de traduire la RDC en justice? Pourquoi VK n’est toujours pas évacué alors que sa santé est constamment précaire? Certains de ses concurrents politiciens et ses détracteurs ont même déjà reconnu et avoué qu’il est INNOCENT ? La réponse est à chercher dans l’actualité en Tanzanie : Là déhors il y a des gens qui n’attendent rien d’autre que la mort de VK. Les multinationales qui veulent avoir le contrôle de la RDC n’ont jamais pardonné l’échec des accords de Genève et la réussite de ceux de Nairobi qui ont porté Félix Tshisekedi à la tête de l’un des pays les plus riches au monde en ressources exploitables. La magufulisation de Vital continue son téléchargement. Mais les ennemis de l’Afrique et de la RDC oublient qu’il sera difficile de magufuliser tous les congolais éveillés et prêts à mourir pour qu’un jour les générations futures accèdent aux soins médicaux décents, à un bon logement, une bonne éducation et instruction, des infrastructures développées, à l’emploi et au salaire inhérent au travail réellement accompli. Ce jour viendra. Mais d’abord…Liberez #Vital Kamerhe Oyo eza likambo ya Mboka. Iyi ni mambo ya inchi, tufungue macho. JulesVital Kamerhe, victime du néocolonialisme camouflé!28 Mars 2021Au lendemain de la mise en terre du Docteur Magufuli, c’est en tout cas cette idée et conviction qui crible les parois de ma conscience. Moi c’est Jules Bahati, et mes idées et réflexions n’engagent que moi, car devant l’injustice, la haine et l’egoïsme politique, nous avons le devoir civique et sacro-saint de quitter la parcelle du silence, et clamer à cor et à cri notre engagement pour les libertés individuelles et collectives. Marquons sans ambiguïté notre indépendance vis à vis des maîtres de ce monde, ces néocolonialistes qui nous dirigent à travers nos frères et soeurs achêtés à vil prix.I l’instar du regretté Président Tanzanien Magufuli qui vient de nous quitter, l’Honorable Kamerhe serait aussi frappé et châtié par la volonté de ceux qui craignent que la RDC et l’Afrique ne prennent leur essor. Il est temps de réveiller la conscience et éclairer la lanterne de ceux qui penseraient du contraire. Mais l’analyse méticuleuse de plusieurs éléments et enjeux en présence, sur le plan politique, économique et social, confirme que nous sommes toujours victimes de la voracité et de l’avidité des grandes puissances, des Etats-Unis, et spécialement des grandes multinationales qui ont la mainmise sur les politiques africains et les ressources de leurs pays respectifs. S’il est facile pour eux d’utiliser tous les stratagèmes possibles pour s’accaparer et contrôler les ressources minières, énergétiques, eau et forêts, il est cependant difficile pour eux de contrôler, de maîtriser toutes les ressources humaines. Certains africains, grands et valeureux, panafricains, échappent à ce contrôle, suite à leur engagement total pour le bien de leurs compatriotes. Que Magufuli soit mort de la maladie, c’est une chose. Mais qu’il fut un panafricain qui de son vivant, a lutté pour valoriser les africains, en appelant notamment son peuple à s’unir, travailler et produire pour lui-même, est une realite irréfutable. Il est alors devenu un mal-aimé. Mzee Kabila est passé par là, de même que Sankara, Lumumba, Kaddhafi et les autres Kwame Nkrumah.Les nationalistes africains, les panafricains, sont toujours combattus, bloqués, empêchés, ou simplement et malignement zigouillés.Revenons en RDC. L’avènement du Fatshivit à la tête de la RDC fut un espoir de renaissance pour le peuple congolais. Le président Felix, avec l’Hon. Kamerhe à ses côtés, avait la chance de signer et d’emmancher le voyage vers le développement escompté de la RDC, avec comme soubassement la théorie de la locomotive de Vital Kamerhe. Que la RDC, avec sa jeunesse et toutes ses autres ressources, est capable de se prendre en charge seule et servir de fer de lance du développement des pays voisins, de l’Afrique, et du monde. Cette idée à elle seule, voulue être transformée en action dans le programme de 100 jours du Président de la République, fut la pierre d’achoppement de Vital Kamerhe. Les grandes puissance de ce monde, les multinationales mercantilistes et les chapardeurs des minéraux ont eu peur et ont vite compris que laisser Kamerhe à côté de Felix, c’est risquer de laisser un tandem lumineux continuer à luire et éclairer les congolais jadis somnambules. Tant que VK n’aura pas juré et donné des garanties de ne plus lutter pour la souveraineté de la RDC et l’auto-prise en charge des congolais, il restera cloîtré, prisonnier des ambassadeurs des grandes puissances et de leurs vassaux. Et l’UNC dans tout ça?Le parti UNC doit cesser d’être constamment nourri des leurres. Il est sans nul doute, victime des calculs à différents niveaux. Les multinationales qui soutiennent Katumbi et son poulain masqué, le 1er ministre SAMA, ont déjà pris le contrôle de la RDC. Même le Président Félix est en train de le comprendre, de s’opposer, sans encore y parvenir. C’est pourquoi la formation du gouvernement à un plomb dans l’aile et tarde à devenir une réalité. Le parti cher à Maman Hamida Kamerhe et Baudry Mayo Mambeke pourrait recevoir deux à trois ministères pour subir l’humiliation planifiée. Ou alors il recevra même 6 ou 7 ministères en échange de l’incarcération continue de son porte-étendard, l’Honorable Vital Kamerhe. La Direction Politique Nationale du parti, sous la direction du Secrétaire Général Aimé Boji, fait tout ce qui est possible pour contourner cette situation, et réclame la libération et l’évacuation du président Kamerhe pour des soins appropriés, car toujours malade. « Il n’y a rien qui empêche encore l’évacuation de notre Président », ont-ils insisté. Mais pourquoi Kamerhe n’est pas acquitté alors que les maisons préfabriquées trainent dans les ports et même les sociétés qui ont reçu l’argent de Jammal, les commandes et ont livré les maisons, menacent de traduire la RDC en justice? Pourquoi VK n’est toujours pas évacué alors que sa santé est constamment précaire? Certains de ses concurrents politiciens et ses détracteurs ont même déjà reconnu et avoué qu’il est INNOCENT ? La réponse est à chercher dans l’actualité en Tanzanie : Là déhors il y a des gens qui n’attendent rien d’autre que la mort de VK. Les multinationales qui veulent avoir le contrôle de la RDC n’ont jamais pardonné l’échec des accords de Genève et la réussite de ceux de Nairobi qui ont porté Félix Tshisekedi à la tête de l’un des pays les plus riches au monde en ressources exploitables. La magufulisation de Vital continue son téléchargement. Mais les ennemis de l’Afrique et de la RDC oublient qu’il sera difficile de magufuliser tous les congolais éveillés et prêts à mourir pour qu’un jour les générations futures accèdent aux soins médicaux décents, à un bon logement, une bonne éducation et instruction, des infrastructures développées, à l’emploi et au salaire inhérent au travail réellement accompli. Ce jour viendra. Mais d’abord…Liberez #Vital Kamerhe Oyo eza likambo ya Mboka. Iyi ni mambo ya inchi, tufungue macho. Jules

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Creats by by EVOLUDIA ASBL.